Séminaires de Lecture Rapide - Daniel Gagnon

Daniel Gagnon M.A. orthopédagogueDaniel Gagnon M.A. orthopédagogue

Aller plus loin en lisant plus vite!

Lisez et comprenez plus vite, soyez plus concentré et plus efficace, gagnez du temps !

Comment avez-vous appris à lire ?

En commençant par reconnaître l’abécédaire. Puis en apprenant à distinguer les voyelles des consonnes, à unir les consonnes et les voyelles afin de former des syllabes simples, puis des syllabes complexes et finalement des mots entiers.

Ou peut-être avez-vous appris avec la méthode globale, ou mot-étiquette, qui commence par présenter des mots aux enfants, puis quand ceux-ci en connaissent un certain nombre, ils sont capables de différencier les syllabes qui les composent.

Mais lire, c’est plus que de reconnaître des mots ou les décoder.

Avez-vous déjà reçu ce message et avez-vous été capable de le comprendre ?

« Sleon une édtue de l'Uvinertisé de Cmabrigde, l'odrre des ltteers dnas un mot n'a pas d'ipmrotncae. La suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire lrtete soenit à la bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porlblème. C'est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot. »

Je ne crois pas qu’il s’agisse d’une étude récente de l’université de Cambridge parce que cela est connu depuis plus de 50 ans. La Gestalt s’est beaucoup penchée sur la capacité du cerveau humain de reconstruire des associations incomplètes.

Si malgré ces contraintes, vous avez réussi à comprendre ce texte, c’est que le bon lecteur reconnaît les mots globalement. Il ne décode pas les mots syllabe par syllabe, sauf s’il s’agit d’un mot nouveau.

De plus, le contexte, la maîtrise du sens général lui permettent d’anticiper les mots, les phrases et même tout le contenu du texte.

Êtes-vous capable de terminer la phrase suivante :

Ainsi que l’a dévoilé hier M. Jean Charest, premier ministre du ____.

Voilà, qui était facile. À moins que vous ne soyez un citoyen du Sri Lanka. Mais si vous êtes du Québec et avez plus de 16 ans, il est fort probable que la réponse vous est venue sans hésitation. Vous n’avez pas besoin de lire attentivement tous les mots pour comprendre une phrase. Encore moins toutes les syllabes.

Maintenant, aurez-vous autant de facilité avec la phrase suivante :

La respiration diaphragmatique par son action péristaltique permet une meilleure _____________.

Si vous êtes médecin, vous aurez anticipé qu’il s’agit ici de la digestion. La respiration diaphragmatique, c’est respirer par le ventre. Le péristaltisme, c’est des compressions successives qui permettent au contenu de l’intestin de progresser…

Passionnant, n’est-ce pas ?

Tout ça pour nous permettre d’y aller de quelques évidences.

Notre compréhension en lecture dépend de notre connaissance du vocabulaire. Si vous ne connaissez pas le latin et qu’un texte est truffé d’expressions latines, vous ne comprendrez pas.

Une question qui m’est souvent posée est : est-ce que cette technique est valable pour l’anglais ? Oui, si vous maîtrisez le vocabulaire anglais.

Il en va de même pour les textes techniques dans un domaine qui est nouveau pour vous. La lecture rapide vous permettra de lire plus rapidement et de mieux comprendre, mais elle ne vous enseignera pas l’anglais.

Ni la médecine.

Car votre compréhension en lecture dépend aussi de votre bagage de connaissance antérieure. Plus vous maîtrisez un sujet, plus il vous sera facile de le lire rapidement et de le comprendre.

Toutefois, la lecture dynamique vous permettra d'approcher les textes contenant de nombreux termes nouveaux et dont le sujet vous est peu connu, de façon beaucoup plus efficace.