Séminaires de Lecture Rapide - Daniel Gagnon

Daniel Gagnon M.A. orthopédagogueDaniel Gagnon M.A. orthopédagogue

Aller plus loin en lisant plus vite!

Lisez et comprenez plus vite, soyez plus concentré et plus efficace, gagnez du temps !

INTRODUCTION


Qu'il soit surdoué ou en difficulté, votre enfant profitera

de cette méthode, voici cependant ce qu'il faut savoir.

Je reçois fréquemment des appels de parents qui veulent aider leur enfant à mieux lire. Surtout des mères pour les plus jeunes, mais une part grandissante de pères pour les plus grands. Le plus souvent, leur enfant a des difficultés de lecture ou est simplement en bas de la moyenne. Toutefois, de plus en plus de parents souhaitent permettre à leur enfant de progresser plus rapidement. Ils veulent qu’il profite des meilleures techniques pour qu’il puisse aller plus loin. Ce livre s’adresse à tous ces parents qui souhaitent que leur enfant aime lire et lisent mieux, quelles que soient leurs habiletés de lecture.

1- Si l’enfant a des problèmes de lecture

Si l’enfant a des problèmes de lecture, vous avez probablement reçu un certain nombre de conseils comme :

• lui faire régulièrement la lecture,
• le guider lorsqu’il lit,
• l’encourager à lire seul.

Nous réviserons ces stratégies de façon plus spécifique. Nous verrons ce qui peut expliquer les difficultés de l’enfant. Nous reviendrons sur des recommandations qui semblent avisées, mais qui au contraire contribuent au problème. Et bien entendu, nous irons plus loin.

Il se peut que l’enfant soit suivi par un spécialiste parce qu’il prend du retard. Les exercices prévus dans ce livre ne peuvent qu’aider. Il faudra toutefois faire bien attention de ne pas confondre l’enfant en y allant de conseils contradictoires. Les principales recommandations contenues dans ce livre sont innovatrices et peu connues des enseignants et des professionnels. Je pense notamment à l’utilisation d’un pointeur et aux exercices de vitesse. Dans le cas du pointeur, le chapitre 5 s’adresse directement à eux et il vous est suggéré de leur soumettre. Bref, nous vous recommandons fortement de leur montrer ce livre et d’en discuter avec eux, c’est en fait primordial.

Si vous craignez que les professionnels qui s’occupent de votre enfant rejettent les recommandations de ce livre

D’une part, cela peut se justifier par la nécessité de terminer ce qui a été commencé. Si l’enfant bénéficie d’un plan d’intervention, il est raisonnable de souhaiter qu’il suive son cours. Il ne faut pas confondre l’enfant par trop de consignes ou alourdir les programmes en place. Il y a risque de surcharger l’enfant. La volonté est comme un muscle, elle s’épuise. Toutefois ces risques sont minimes, même s’ils sont réels.

D’autre part, si c’est parce que vous craignez leur manque d’intérêt ou leur scepticisme, une discussion ouverte est souhaitable. Un sain scepticisme est toujours approprié pourvu qu’on accepte de suspendre son jugement et d’examiner les faits. Un manque d’intérêt est regrettable, mais peut être contourné par votre enthousiasme ou du moins votre conviction.

Quoi qu’il en soit, je vous suggère de bien écouter les professionnels impliqués (enseignant, orthopédagogue, orthophoniste, direction) et de chercher à comprendre leur point de vue. Si malgré leur avis vous pensez toujours que les recommandations de ce livre sont opportunes et que vous avez quand même l’intention de les mettre en pratique, reformulez en vos propres mots leurs arguments. Le but est de leur montrer que vous avez bien compris leur opinion et que vous la respectez. Dites-leur que vous avez quand même l’intention de mettre en pratique les consignes de ce livre. Mais empressez-vous d’ajouter que vous souhaitez obtenir leur avis sur les façons de les appliquer sans que cela vienne en contradiction avec les consignes que l’enfant recevra à l’école. Car par-dessus tout, il faut éviter de confondre l’enfant et il vaut mieux terminer ce qui a été commencé avant d’entreprendre une nouvelle approche. Mais je vous le répète, ces risques sont minimes.

Les avantages pour les enfants ayant des difficultés

La bonne nouvelle, c’est que les enfants en difficultés sont ceux qui bénéficieront le plus des conseils de ce livre. Beaucoup verront leur vie changer notamment en découvrant l’amour de la lecture. De plus, ce sont également ceux qui adhèrent le plus facilement à la technique de base, l’utilisation d’un pointeur. Principalement parce qu’ils voient très rapidement ce qu’apporte le pointeur : meilleure concentration et rythme de lecture soutenu.

Toutefois, il y a une réserve : il n’existe aucune approche qui convienne à 100 % des élèves. Parfois, ce n’est qu’une question de circonstances. Il suffit alors d’attendre que celles-ci changent. Comme l’approche est simple, réessayer ne coûte rien. Cette seconde fois les résultats seront peut-être au rendez-vous.

2- Si votre enfant apprend au rythme de sa classe

Votre enfant progresse bien, son enseignant ne signale aucun problème. Il ne montre aucune réserve à lire à l’occasion, mais il ne montre aucun enthousiasme non plus. Recevoir un livre en cadeau ou aller à la bibliothèque ne cause pas non plus une réaction de réserve ou d’enthousiasme. Vous le surprenez parfois, mais rarement, à lire un livre seul. Bref, c’est un lecteur moyen; il est représentatif de la majorité des élèves que l’on retrouve dans nos écoles.

Je vous recommande chaudement d’appliquer les conseils, les techniques et les exercices contenus dans ce livre, il en profitera grandement. Un jour, vous vous direz que c’est le meilleur investissement que vous ayez fait dans votre vie.

Votre défi sera d’assurer la persévérance de l’enfant dans l’application de la technique de base, l’utilisation d’un pointeur. Pour ce faire, vous devrez être un modèle-lecteur, c’est-à-dire que vous devrez aussi lire avec un pointeur. C’est un défi intéressant, celui de changer vos habitudes de lecture en même temps que l’enfant. Qui plus est, comme vous lisez depuis beaucoup plus longtemps que lui, eh bien, vous aurez à travailler plus… Ici, le mot clé, c’est « empathie ». Vous vivrez ce qui est souvent exigé de l’enfant : se dépasser en acquérant de nouvelles habitudes. Vous partagerez avec lui ses efforts et ses difficultés. C’est un combat constant contre soi-même qui définit une compétence phare du succès dans la vie, le contrôle de soi.

Informer l’enseignant et les personnes influentes

Outre les parents, il y a beaucoup d’autres personnes qui ont de l’influence sur les enfants. Il y a, bien entendu, la famille immédiate: frères, sœurs, grands-parents. Il y a aussi ses amis, ses camarades de classe, mais surtout, son enseignant. Comme vous changerez les habitudes de lecture de votre enfant, vous devrez impliquer ce dernier. Vous devrez lui montrer ce livre et lui faire lire le chapitre 4 qui lui est adressé.

Je vous suggère de vous faire le promoteur de cette méthode auprès des autres personnes significatives de son entourage. Il ne s’agit pas de convaincre, mais de sensibiliser aux avantages de cet outil. Il faut que les gens qui le voient lire avec un pointeur comprennent pourquoi il agit ainsi. Finalement, malgré tout, s’il reste le seul à lire avec un pointeur, vous pourrez le valoriser pour sa persévérance. Il aura démontré une plus grande détermination que les autres, c’est une réussite dont il pourra être fier.

3- Si votre enfant est surdoué

La directrice du Collège des Compagnons, Mme Danielle Grenier, a déjà dit de l’application www.liremieux.ca (un cybercours sur la méthode du pointeur) : « Enfin un outil pour les élèves qui vont bien! » Toutefois, cet outil s’accompagne d’une bonne et d’une mauvaise nouvelle. Commençons par la mauvaise.

Les bons lecteurs sont plus réticents à changer leurs habitudes de lecture. Ils aiment lire. Leur façon de lire leur procure une entière satisfaction. Pourquoi changer? Pourquoi s’embarrasser d’un pointeur et se fatiguer à le déplacer sur une page avec tous les inconvénients que cela amène : fatigue musculaire, obligation de créer une nouvelle habitude et de traîner un pointeur? Pourquoi, alors qu’ils jouissent déjà du plaisir de lire, risquer d’altérer ce plaisir? La réponse est dans la bonne nouvelle.

La bonne nouvelle : des résultats parfois prodigieux

D’un point de vue absolu ou mathématique, votre enfant est susceptible d’être celui qui bénéficiera le plus de cette approche. Prenons le cas fictif d’un enfant en difficulté, Lila, qui lit à 100 mots à la minute (m/m) avec 60 % de rétention. Supposons que Lila réussit à doubler sa vitesse de lecture en lisant un texte à 200 m/m, tout en réussissant à atteindre 80 % de rétention. Sa vitesse nette (vitesse multipliée par la rétention) est passée de 60 à 160, un progrès de 166 %. Sa vie sera changée, elle découvrira le plaisir de lire. Il est beaucoup plus agréable de lire avec fluidité que de lire laborieusement. À la longue, sa rétention va s’améliorer, car elle lira plus et développera ses compétences en lecture. Bref, on a une belle histoire qui se termine comme un conte de fées.

Prenons maintenant le cas réel d’un lecteur surdoué, Charles-André , 13 ans, qui au départ était déjà un lecteur rapide. Il a lu le prétest du cours liremieux.ca à 400 m/m avec 80 % de rétention, et il a terminé le cours en complétant trois tests à la vitesse de 750 m/m avec la même rétention. Sa vitesse nette est passée de 320 à 600 m/m. En pourcentage, il a progressé de 88 %. Presque deux fois moins que le résultat obtenu par Lila. Toutefois, en terme absolu, sa vitesse nette a progressé de 280 m/m, soit 2.8 fois plus que Lila. Si en pourcentage, les progrès de Lila sont supérieurs; en terme absolu, Charles-André a gagné 180 m/m de plus que Lila. Ils ont tous les deux fait un bond important. Lila, qui était une lectrice extrêmement lente, a joint le groupe des lecteurs moyens. Sa vie et son rapport à la connaissance seront transformés. Quant à Charles-André, il est maintenant un lecteur prodige, il n’y en a qu’un sur 1000. Son potentiel est décuplé. C’est le genre de progrès qui comble la différence entre un bon joueur et un joueur des grandes ligues.

Liremieux.ca.tableau1.png

Combattre la peur du changement

Malheureusement, ce ne sont pas tous les surdoués qui connaissent des progrès aussi spectaculaires et deviennent des lecteurs prodiges. En fait, beaucoup ne progressent pas ou connaissent des progrès mineurs. On peut supposer que pour certains c’est parce qu’ils sont déjà au maximum de leur capacité. Mais j’ai surtout vu des enfants qui ne souhaitent pas changer leur façon de lire. Une explication parmi d’autres, c’est que ce serait causé par un état d’esprit dominé par la peur des défis. Les défis menaceraient leur statut d’élève intelligent. Si vous craignez que ce soit le cas pour votre enfant, je vous invite à lire «Récompenser l’effort» au chapitre 14.

liremieux.ca.Charles-Andr%C3%A9%20-%201.jpg
Charles-André et moi avons participé à une émission de télévision et à une émission de radio pour parler de la méthode du pointeur lors du lancement de la plate-forme LIREMIEUX.CA.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Achetez le livre maintenant !

Si vous souhaitez introduire votre enfant aux bases de la lecture rapide, il est impératif d'apprendre vous-même la lecture rapide. Il faut prêcher par l'exemple. Le chapitre 9, «Être un modèle lecteur», explique en détail pourquoi. Je vous invite à vous inscrire maintenant au cybercours LIREMIEUX.CA; vous vivrez une expérience transformatrice en développant des habiletés avancées de lecture. Il est rare d’avoir l'opportunité de progresser autant en si peu de temps dans un domaine aussi fondamental que la lecture. Et pour un moment, vous serez au diapason de votre enfant en vivant les mêmes apprentissages. De plus, il n'y a aucun risque, la formation vient avec une garantie de remboursement. Inscrivez-vous ici !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------