Séminaires de Lecture Rapide - Daniel Gagnon

Daniel Gagnon M.A. orthopédagogueDaniel Gagnon M.A. orthopédagogue

Aller plus loin en lisant plus vite!

Lisez et comprenez plus vite, soyez plus concentré et plus efficace, gagnez du temps !

Oraliser, vocaliser, subvocaliser, sous-oraliser, sous-vocaliser, ne pas sous-vocaliser ?

(Je réponds ici à une question pointue de terminologie et à la préoccupation qu’ont beaucoup de personnes d’éviter toute sous-vocalisation en lecture puisque c’est ce qu’on recommande de façon plutôt confuse dans certaines livres de lecture rapide.)

Si vous cherchez « vocaliser » ou « vocalisation » dans le dictionnaire, vous apprendrez qu’il s’agit de faire des vocalises, c’est-à-dire de ne chanter que des voyelles : ah aH AH HA Ha ha.

En phonétique, le mot « vocaliser » décrit le phénomène linguiste de transformation des consonnes en voyelles.

En pédagogie de l’enseignement de la lecture, le mot a un sens supplémentaire, il est parfois utiliser pour désigner la lecture à voix haute d’un texte, bien que « oraliser » soit le mot juste. Dans ma courte recherche, je n’ai trouvé qu’un dictionnaire en ligne qui donne au verbe « vocaliser » le sens de « rendre audible un texte écrit » et c’est utilisé pour décrire la nouvelle réalité des synthétiseurs vocaux.

Dans l’enseignement de la lecture le mot est utilisé davantage avec le préfixe sub, pour décrire la lecture à voix basse, en chuchotant. Lorsqu'il y a subvocalisation, les mots ne sont pas articuler, parfois un léger« hum » est émis ; dans ce cas, comme le définit la linguistique, le lecteur ne semble dire que les voyelles.

La subvocalisation est une étape importante de l’apprentissage de la lecture, elle survient habituellement lors de la deuxième année d’apprentissage et elle précède l'étape de la lecture silencieuse. La lecture avec mouvement des lèvres est de la subvocalisation.

En lecture rapide, j’utilise le terme de sous-oralisation pour décrire le phénomène des gens qui, lorsqu'ils lisent silencieusement, lisent comme s’il faisait une belle lecture à haute voix pour un auditeur imaginaire, c’est-à-dire en articulant avec soin chaque syllabe, en respectant les pauses et les intonations associées à la ponctuation.

La sous-oralisation est un gros obstacle à la lecture rapide. Si vous lisez de cette façon, vous ne pouvez lire qu’à la vitesse de la conversation, soit entre 150 et 200 mots/minute. C'est ordinairement vers la troisième ou la quatrième année, que les élèves dépassent cette étape en commençant à lire silencieusement plus vite qu'oralement. Si vous lisez de cette façon, vous êtes un lecteur bloqué au niveau de la troisième année.... Je ne veux pas vous crier des noms, mais les expressions utilisées pour décrire ce type de lecteurs sont « lecteurs débutants » ou « apprenti-lecteur ».

De plus, les gens qui lisent de cette façon y sont souvent très attachés. Il faut les comprendre, ils lisent de cette façon depuis très longtemps. Pour eux, il n’y a pas d’autre façon de lire.

J’ai même parfois des participants qui me disent que lorsqu’ils ne comprennent pas, ils choisissent de relire le texte à voix haute. C’est à mon avis la meilleure façon de ne pas comprendre. Personnellement lorsque je lis à haute voix, j’ai une très mauvaise compréhension : je suis tellement concentré sur la bonne articulation, sur le respect de la ponctuation que j’en oublie de porter attention au sens du texte. Si vous ne comprenez pas un texte, la recherche du sens par l’utilisation du contexte est une bien meilleure technique que la lecture à haute voix.

Prochaine chronique : Comment se défaire de la sous-oralisation.