Séminaires de Lecture Rapide - Daniel Gagnon

Daniel Gagnon M.A. orthopédagogueDaniel Gagnon M.A. orthopédagogue

Aller plus loin en lisant plus vite!

Lisez et comprenez plus vite, soyez plus concentré et plus efficace, gagnez du temps !

(Suite de la chronique précédente)

Comment se défaire de la sous-oralisation.

Pour éviter la sous-oralisation, c’est-à-dire lire silencieusement dans sa tête comme si on lisait à haute voix pour le bénéfice de quelqu’un d’autre, c’est très simple : il s’agit d’arrêter d’essayer de faire une belle lecture et de se mettre à lire le plus vite qu’on peut, en marmonnant.

En lecture rapide, on ne dit pas dans sa tête : Le sé-mi-nai-re de lec-tu-re –ra-pi-de Da-ni-el Ga-gnon. On dit : le Sé’inair de le’ur ra’id Da’iel Gaion. On marmonne dans sa tête, et il n’y a pas personne qui va vous dire : «ARTICULE QUAND TU LIS !» puisque c’est dans votre tête.

Dans mon cours, je fais une démonstration de lecture rapide en lisant à haute voix une petite comptine. Je commence par la lire normalement, puis je la lis une deuxième fois, le plus rapidement que je peux. En faisant cela, « j’avale » un certain nombre de consonnes. Finalement, on revient au sens phonétique de vocaliser, on change les consonnes en voyelles pour aller plus vite.

Lire rapidement, c'est comme se mettre à parler très rapidement, sans se préoccuper de l'articulation qui n'a pas d'importance puisque nous n'avons pas d'interlocuteur. Il faut lire tous les mots, mais en ne disant dans sa tête que quelques voyelles par mot. Donc, pour éviter la sous-oralisation, il faut… sous-vocaliser !

Prochaine chronique: Peut-on éliminer complètement toute forme de sous-vocalisation en lecture rapide ?